26 juin 2018

Le Cégep de Drummondville est reconnu pour son leadership en matière de gérontologie

Implantation d’un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) en pratiques sociales novatrices (PSN)

Le mardi 26 juin 2018 –«C’est un grand jour pour notre collège et notre équipe liée à la gérontologie, mais surtout pour la population de la région et du Québec, tout comme pour les entreprises, organismes et associations de ce secteur, qui bénéficieront d’activités de recherche concrètes pour améliorer la qualité de vie des personnes aînées.»

C’est en ces termes que la directrice générale du Cégep de Drummondville, Mme Brigitte Bourdages, a réagi à l’octroi d’un centre collégial de transfert de technologie (CCTT) en pratiques sociales novatrices (PSN) dans le domaine de la gérontologie au collège.

L’annonce a été réalisée un peu plus tôt aujourd’hui par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Mme Hélène David, à Montréal. En effet, le Cégep de Drummondville est l’un des dix nouveaux CCTT qui seront implantés dans le but d’accroître les activités de recherche appliquée, de formation et d’information ainsi que l’aide technique aux entreprises et organismes.

Au dire de Mme Bourdages, le Cégep de Drummondville travaille sans relâche depuis plusieurs années pour obtenir cette reconnaissance de son expertise. L’implantation du centre de recherche du Bureau de la recherche et de l’innovation (BRI) à même la bibliothèque de la maison d’enseignement supérieur, un projet qui a bénéficié du Fonds d’investissement stratégique (FIS) pour les établissements postsecondaires en 2017, n’est d’ailleurs pas étrangère à cette annonce.

«Nous avons mis sur pied dès 2012 notre Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG), qui a obtenu son admissibilité aux Trois Conseils de la recherche du Canada et à la Fondation canadienne de l’innovation en 2015. Depuis sa fondation, le CCEG a permis de délivrer pas moins de 1361 certificats de formation accréditée et a accueilli plus de 420 participants au sein de 41 formations spécialisées, sans compter la concrétisation de nombreux projets de recherche. Tout ça, grâce à une équipe multidisciplinaire de chercheurs-enseignants, de chercheurs affiliés, de professionnels et d’étudiants», a-t-elle souligné.

Politique sur le vieillissement du gouvernement du Québec

Cette reconnaissance à titre de CCTT vient poursuivre et augmenter le développement de solutions innovantes pour répondre aux enjeux liés au vieillissement de la population. Qui plus est, le Cégep de Drummondville deviendra un partenaire socioéconomique plus actif que jamais dans l’écosystème québécois lié à la gérontologie, au vieillissement et à la solidarité intergénérationnelle.

«Le CCEG développe son savoir et son savoir-faire en matière de recherche et de projets innovants sur le vieillissement afin qu’il devienne un acteur de premier plan pour contribuer au mieux-être des personnes aînées et à l’amélioration de leurs conditions de vie», a pour sa part précisé la coordonnatrice du Centre collégial d’expertise en gérontologie du Cégep de Drummondville, Mme Nathalie Mercier.

Les champs d’intervention du CCEG correspondent aux grandes orientations de la Politique sur le vieillissement du gouvernement du Québec, à savoir la santé, la participation, la sécurité et le développement des compétences/valorisation de la profession. Il propose déjà du soutien aux associations, aux organisations et aux entreprises pour les aider dans la résolution de certains problèmes sociaux liés au vieillissement. Au nombre de ses partenaires actuels, notons l’Université du Québec à Trois-Rivières, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, la Ville de Drummondville et la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke, ainsi que plusieurs entreprises privées et ordres professionnels.

Il va sans dire que le financement annoncé ce matin de 150 000 $ par année pour les trois prochaines années, puis de 200 000 $ annuellement, est de nature à accélérer le développement du CCEG, sans compter qu’un financement supplémentaire pour l’implantation d’un nouveau modèle d’intervention est également prévu pour l’année 2018-2019.

«Je me réjouis au plus haut point de cette annonce majeure. Les centres collégiaux de transfert de technologie illustrent parfaitement la synergie qui doit exister entre les milieux de l’éducation, les communautés et les entreprises», a fait savoir la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Mme Hélène David.

Soulignons que l’implantation de ces dix nouveaux centres porte le total des CCTT reconnus à 59, répartis au sein de 40 cégeps et 3 collèges privés.

À titre de centre collégial de transfert de technologie en pratiques sociales novatrices, le Centre collégial d’expertise en gérontologie prendra place au sein du centre de recherche du Bureau de la recherche et de l’innovation, récemment aménagé à même la bibliothèque de la maison d’enseignement supérieur. (Photo : Service des communications, Cégep de Drummondville)

À propos du Cégep de Drummondville

Le Cégep de Drummondville offre de la formation initiale à plus de 2300 étudiants inscrits dans sept programmes préuniversitaires et douze programmes techniques menant à l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC). Le collège a développé sa carte des programmes autour des arts, des doubles DEC et des technologies, tout en faisant de la réussite et de l’accessibilité les deux valeurs fondamentales de sa mission éducative.

La Formation continue propose, par ailleurs, une quinzaine d’attestations d’études collégiales (AEC) visant la réinsertion professionnelle et le développement de compétences à plus de 400 étudiants-adultes, sans compter les quelque 1000 participants d’ateliers ouverts à la population, de la Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) et de formations en entreprises formés annuellement.

Véritable milieu de vie, le collège se veut à l’image de sa communauté : dynamique et résolument tourné vers l’avenir.

Retour

Recherche d'archives