Logo cégep

9 septembre 2020

Le numérique au service de l’étudiant

Le Cégep de Drummondville mise sur l’adaptabilité en mode hybride

Dans un objectif d’accessibilité pour la communauté étudiante, le Cégep de Drummondville a entrepris un virage numérique important, tout en maintenant des services personnalisés et une approche humaine. Voilà un pari réussi pour l’établissement d’enseignement supérieur drummondvillois, au lendemain de cette rentrée automnale tant attendue. On note d’ailleurs une légère hausse du taux de fréquentation, soit 2445 étudiantes et étudiants inscrits pour l’automne 2020. « Cette rentrée différente s’est réalisée dans le respect des normes sanitaires en vigueur grâce à la grande collaboration de nos étudiants et étudiantes et des membres du personnel. Ce travail d’équipe me rend extrêmement fière et est déjà un gage de réussite pour 2020-2021 », mentionne Brigitte Bourdages, directrice générale du Cégep de Drummondville.

Ayant dû composer avec un incendie, des équipes de nettoyage et de décontamination ont travaillé jour et nuit afin de permettre un retour des activités pédagogiques en présentiel le 8 septembre. C’est donc en mode hybride que se déroulera cette session extraordinaire tout en assurant une attention particulière aux étudiants avec des besoins particuliers et aux nouveaux admis du secondaire afin de faciliter leur intégration et leur persévérance.

L’étudiant au cœur des préoccupations

Le Cégep de Drummondville a mis en place une vaste opération de soutien logistique, pédagogique et psychosocial auprès de la communauté étudiante. Soutenu par le Ministère de l’Enseignement supérieur, le collège s’assure ainsi d’épauler les étudiantes et étudiants dans leur expérience de formation, tant en présentiel qu’à distance. Mentionnons tout d’abord la continuité du programme d’accès à des ordinateurs portables mis en place par la Fondation au printemps dernier. Jumelée à l’accès à un portable, toute la population étudiante peut bénéficier de la connexion Internet à l’intérieur du Cégep. Des locaux seront mis à la disposition des étudiantes et étudiants qui auraient besoin, de façon ponctuelle, d’un endroit plus propice à la concentration pour l’étude et les travaux. 

Une centrale de rendez-vous en ligne a été créée afin de faciliter l’accès aux services à la disposition de notre communauté étudiante. « Les aides pédagogiques individuelles, les professionnels des services adaptés et le personnel des services aux étudiants demeurent accessibles tant en présentiel qu’en virtuel. Le Cégep de Drummondville tient à conserver cette proximité et son approche personnalisée qui en fait un milieu de vie unique », assure Pierre Vigeant, directeur des affaires étudiantes et des communications. Enfin, un sondage électronique sera envoyé à toute la communauté étudiante pour prendre des nouvelles et la sonder concernant les principaux défis déjà identifiés. Par la suite, tous les étudiants ayant identifié un besoin particulier seront contactés pour s’assurer de la présence des conditions gagnantes à leur réussite.

L’enseignement et les services adaptés

L’enseignement hybride prendra différentes formes tout au long de cette session, notamment afin de favoriser un apprentissage en présentiel pour certaines activités d’enseignement nécessitant la manipulation de matériel spécialisé (laboratoires, consoles d’enregistrement, etc.) ou une rencontre en présentiel avec les enseignants seront considérées en priorité pour se dérouler au collège. Dans ce contexte, souplesse et flexibilité continueront d’être les mots d’ordre. Près de 35 % des cours offerts cet automne sont en présentiel ou en formule hybride (combinaison de présentiel et de virtuel). Mario Carrier, directeur des études du Cégep de Drummondville, mentionne que le défi était de favoriser le maximum d’accès au collège tout en demeurant le plus équitable possible pour tous les programmes ainsi que pour tous les étudiants et les nouveaux admis. « C’est un tour de force que nous avons réalisé tout en s’assurant qu’aucun compromis ne serait fait sur la qualité de l’enseignement », explique M. Carrier.