Logo cégep
object(stdClass)#18406 (4) { ["slug"]=> string(5) "cegep" ["name"]=> string(6) "Cégep" ["home_url"]=> string(28) "https://www.cegepdrummond.ca" ["parent_id"]=> int(3605) }

3605

Danika Ouellet

Sciences humaines

 

Je m’appelle Danika Ouellet et je suis en sciences humaines dans le profil de relation d’aide. J’ai choisi le cégep de Drummondville pour sa proximité et c’est un milieu qui m’inspirait confiance. 

J’ai longtemps voulu être enseignante, mais j’ai découvert dans mon parcours que l’intervention me passionne particulièrement. C’est alors que j’ai pu rediriger mon choix de carrière vers le travail social. À mes yeux, c’est un métier qui m’apportera de plus grandes opportunités de constant apprentissage. Le but commun reste le même : aider les autres d’une manière qui est enrichissante pour moi.  

Je suis allée en sciences humaines, car j’avais une soif d’apprendre et d’être plus informée par rapport à de multiples réalités sociales. Je suis sensible à ce genre de problématiques et c’est le programme m’a permis de répondre à mes intérêts.  

Comme dans chaque programme, certaines aptitudes ou qualités aident à la bonne passation des cours. Premièrement, l’écriture et la recherche sont de mise tout au long du programme. On nous accompagne graduellement dans le processus, donc il est inutile de partir en peurs.

Je suis aussi de l’avis que, comme dans n’importe quel programme, il ne faut pas craindre de demander de l’aide. Les enseignants sont très ouverts à répondre à nos questions ou à parler de leurs expériences. Les différentes ressources au cégep sont tout autant utiles, que ce soit par du tutorat avec des étudiants formés à cet égard ou en ayant recours aux ressources professionnelles, il y a toujours des solutions plus accessibles qu’on le croit. .   

De plus, de nombreuses opportunités nous sont offertes en sciences humaines comme la possibilité de faire un stage afin de faire une réelle immersion dans son futur domaine. J’ai particulièrement apprécié être exposée aux réalités des intervenants en santé mentale.  

Être ambassadrice en sciences humaines est un privilège pour moi, car j’ai la chance de transmettre mon engouement pour le programme. Finalement, les sciences humaines et mon engagement au cégep m’ont autant permis de me développer personnellement qu’académiquement.