Logo cégep
object(WP_Term)#14444 (12) { ["term_id"]=> int(598) ["name"]=> string(29) "Corporatif (ne plus utiliser)" ["slug"]=> string(10) "corporatif" ["term_group"]=> int(0) ["term_taxonomy_id"]=> int(598) ["taxonomy"]=> string(9) "microsite" ["description"]=> string(0) "" ["parent"]=> int(0) ["count"]=> int(171) ["filter"]=> string(3) "raw" ["home_url"]=> string(67) "https://www.cegepdrummond.ca/2017/03/20/le-jeu-qui-nest-pas-un-jeu/" ["parent_id"]=> int(8020) }

8020

20 mars 2017

Le jeu qui n’est pas un jeu !

Le Département des arts visuels du Cégep de Drummondville invite toute la population au vernissage de la seconde exposition présentée au nouvel Espace-galerie du collège, intitulée «Le jeu qui n’est pas un jeu!», le jeudi 23 mars prochain, dès 16 h. Il s’agira d’un événement en trois temps puisqu’à la suite du vernissage à l’Espace-galerie, les visiteurs seront invités à se déplacer dans les locaux du Département pour une exposition d’œuvres des étudiants de première année et pour la remise des prix de la finale locale de l’Intercollégial d’arts visuels.

 

«Le jeu qui n’est pas un jeu»

Cette 2e exposition pour l’Espace-galerie en sera une entièrement vouée à la relève artistique locale, présentant seulement des œuvres d’étudiantes et étudiants en Arts visuels. Au total, on y retrouvera sept sculptures et installations sculpturales, créées par dix artistes : Karine Auclair, Audrey Plante et Audrey Maude Ratté (en duo), Juliette Dupont-Duchesne, Sarah-Eve Tremblay, Mélanie Beauchamp, Alicia Doucet et Élodie Salvail-Sylvestre (en duo) et Ozali O’Bomsawin et Alexandra Gagnon-Roy (en duo).

Emmanuel Auclair, enseignant en Arts visuels et directeur artistique de l’exposition, la décrit ainsi :

«Toutes les formes de jeux qui existent s’insèrent dans une des dix catégories de jeux définies selon des recherches sociologiques. Cette introduction sociologique du jeu fut la référence de base des œuvres présentées à l’Espace-galerie et réalisées par les étudiants du cours de sculpture 3. Ceux-ci devaient réfléchir à une façon créative d’exploiter, d’inventer ou de réinventer le jeu pour en exprimer une idée originale. Tout comme les artistes contemporains qui, parfois, emploient des stratégies ludiques pour aborder certains sujets délicats ou difficiles, ces œuvres présentées abordent des réflexions toutes aussi différentes les unes que les autres quant à l’essence même du jeu, et elles incarnent cette approche dans un esprit ludique, satirique, poétique et même critique.»

Pour admirer ces œuvres et prendre conscience de l’ampleur de l’imagination et du talent de leurs créateurs, la population peut se présenter à l’Espace-galerie du Cégep de Drummondville tous les jeudis, de 10 h à 12 h et de 13 h à 15 h et ce, jusqu’au 21 avril 2017.

 

Deux autres événements en un

À la suite de l’inauguration de l’exposition «Le jeu qui n’est pas un jeu!», les visiteurs pourront se rendre au local 1520, dès 17 h, pour l’exposition d’œuvres des étudiants et étudiantes de première année en Arts visuels.

Dès 17 h 30, au local 1511, le Département procèdera à la remise des prix de la finale locale de l’Intercollégial d’arts visuels. Rappelons que l’Intercollégial d’arts visuels est le rendez-vous annuel par excellence des étudiantes et des étudiants passionnés par cette forme d’expression, mais également pour le public appelé à découvrir de nouveaux talents.

Lors de cette finale locale, le jury aura la lourde tâche de choisir les œuvres qui leur semblent le mieux respecter les critères de sélection, soit l’originalité, la maîtrise technique, la présentation, la recherche, l’expérimentation des matériaux et la créativité. Les gagnants auront ensuite l’opportunité d’aller représenter leur collège à la 28e finale nationale de l’Intercollégial en compagnie des autres lauréats des cégeps participants.

 

À propos de l’Espace-galerie

Inauguré en décembre 2016 et voué à la mise en valeur des artistes de la relève de la communauté collégiale, l’Espace-galerie du Cégep de Drummondville se donne comme mandat la diffusion d’expositions originales et créatives. L’Espace-galerie se veut également un laboratoire expérimental et de formation pour les étudiantes et les étudiants du Département des arts visuels, désormais en mesure d’aller plus aisément à la rencontre du public avec leurs productions.

Ce lieu de diffusion unique accueillera également des expositions d’artistes professionnels ou émergents, et ce, afin de rendre encore davantage accessibles les arts auprès de la communauté collégiale.

 

À propos du Cégep de Drummondville

Le Cégep de Drummondville offre de la formation initiale à plus de 2300 étudiants inscrits dans sept programmes préuniversitaires et douze programmes techniques menant à l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC). Le collège a développé sa carte des programmes autour des arts, des doubles DEC et des technologies, tout en faisant de la réussite et de l’accessibilité les deux valeurs fondamentales de sa mission éducative.

La Formation continue propose, par ailleurs, une quinzaine d’attestations d’études collégiales (AEC) visant la réinsertion professionnelle et le développement de compétences à plus de 400 étudiants-adultes, sans compter les quelque 1000 participants des ateliers ouverts à la population, de la Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) et des formations en entreprises formés annuellement.

Véritable milieu de vie, le collège se veut à l’image de sa communauté : dynamique et résolument tourné vers l’avenir.

– 30 –

Source :                     

Elise Laramée
Conseillère en communication
Direction des affaires étudiantes et des communications
Cégep de Drummondville
819.478.4671, poste téléphonique 4554
819.314.0174 (téléphone cellulaire et SMS)
elise.laramee@cegepdrummond.ca