Logo cégep
object(WP_Term)#14434 (12) { ["term_id"]=> int(3) ["name"]=> string(25) "Cégep (nouveau site Web)" ["slug"]=> string(5) "cegep" ["term_group"]=> int(0) ["term_taxonomy_id"]=> int(3) ["taxonomy"]=> string(9) "microsite" ["description"]=> string(0) "" ["parent"]=> int(0) ["count"]=> int(442) ["filter"]=> string(3) "raw" ["home_url"]=> string(46) "https://www.cegepdrummond.ca/urgence-medicale/" ["parent_id"]=> int(3605) }

3605

16 avril 2019

OSEntreprendre : des projets sociaux à l’honneur

Dans les catégories Collégial individuel et Collégial collectif du volet Entrepreneuriat étudiant

Le volet local du Défi OSEntreprendre présenté au cégep de Drummondville a récompensé des initiatives sociales dans les catégories Collégial individuel et Collégial collectif (Entrepreneuriat étudiant), à savoir une soirée retrouvailles des diplômées et diplômés en bureautique et une initiative en faveur du bien-être des hommes immigrants.

Les lauréats ont été dévoilés lors d’une activité tenue à l’Espace Gilles-Soucy du collège, le 3 avril dernier, en présence notamment de la directrice de l’Association de développement économique du Centre-du-Québec, Nathalie Cartier, du directeur des études du collège, Mario Carrier, et du vice-président du Club entrepreneur étudiant du Cégep de Drummondville, Alexandre Caron.

Dans un premier temps, les membres du jury, formé des enseignants du Département des techniques administratives Martin Sirois, Roxanne Champagne et François Sylvain, ont été impressionnés par le projet de Dayami Rodriguez Agacino, qui vise notamment à augmenter le sentiment d’appartenance des hommes immigrants ainsi qu’à favoriser leurs habiletés sociales par la médiation et des interactions sociales.

L’étudiante en Techniques d’éducation spécialisée à la Formation continue fait le pari que l’appartenance à une communauté est une condition essentielle à son intégration. Elle se réjouit que son idée soit reconnue comme un véritable projet communautaire, et trouve stimulant que ses efforts en faveur de la communauté immigrante soient reconnus.

«Comme je suis passée par le processus d’intégration, je connais à quel point pourrait être difficile l’adaptation à une nouvelle communauté, avec tous les facteurs de risques qui s’additionnent. L’appartenance à la communauté est une condition essentielle à l’intégration. Étant donné que l’individu qui vient d’arriver n’a pas la connaissance de la langue ni un emploi, il aura des difficultés à trouver sa place dans la communauté. Il s’expose à une situation d’isolement ou d’exclusion sociale. Pour s’intégrer, la personne doit apprendre la langue, les valeurs, le mode de fonctionnement de la société, etc.», a expliqué Dayami Rodriguez Agacino.

Catégorie Collégial collectif

Du côté des projets collectifs, l’organisation de retrouvailles par les étudiantes Marianne Bellini, Raphaelle Brodeur, Patricia Lépine et Alexandra Morin-Gagné pour les diplômés et diplômées du programme Techniques de bureautique, coordination du travail de bureau, du Cégep de Drummondville s’est distinguée.

L’activité, qui se déroulera le 27 avril prochain, a notamment pour objectifs de faire du réseautage, de reconnaître la profession et de promouvoir ce programme d’études. Un tel rassemblement n’a pas été organisé pour ce programme d’études depuis environ 15 ans.

Ayant emporté les honneurs du volet local du Défi OSEntreprendre, ces deux projets pourraient maintenant atteindre la finale régionale, qui se déroulera le 1er mai prochain, à Sainte-Sophie-d’Halifax, dans la MRC de L’Érable.

Le responsable local du Défi, Mathieu Bouchard, également enseignant au Département des techniques administratives, ne tarissait pas d’éloges à l’égard des étudiantes et étudiants qui ont pris part à l’initiative. Devant les participantes et participantes, il a rappelé qu’être un entrepreneur, ce n’est pas nécessairement «avoir une grande gueule», participer aux «5@7» de la chambre de commerce du coin, ou encore trouver «l’idée du siècle».

«Pour moi, être entrepreneur, c’est oser; entre prendre du temps, prendre la chance, prendre le risque… ou ne pas le faire. Il faut choisir la première option. L’important, c’est de croire à son idée, et de foncer» a-t-il indiqué.

Lors du dévoilement des lauréats, d’autres projets ont également été dignes de mention, soit ceux de Francine Kisoso (production d’un album de chansons), d’Enrick Basaneze (plateforme Web de coaching) et d’Alex Boivin (skatepark intérieur). Fait à noter, les projets gagnants sont tous menés par des femmes.

«C’est super intéressant de voir ça!, a commenté M. Bouchard. Que les femmes prennent une plus grande place dans le domaine de l’entrepreneuriat, c’est génial. Chose certaine, le Défi OSEntreprendre vient valoriser et reconnaître tous leurs efforts.»

À propos d’OSEntreprendre

OSEntreprendre a pour mission d’inspirer le désir d’entreprendre pour contribuer à bâtir un Québec fier, innovant, engagé et prospère. Sa principale activité, le Défi OSEntreprendre, est un grand mouvement québécois qui fait rayonner les initiatives entrepreneuriales des élèves du primaire à l’université et celles des créateurs d’entreprise.