Logo cégep

15 mai 2019

«Tag ton prof» : l’enseignante Josée Hamel à l’honneur

Pour son rôle significatif joué auprès des étudiants-athlètes de l’Alliance sport-études

Dans le cadre de son programme de reconnaissance «Tag ton prof», l’Alliance sport-études a reconnu une vingtaine d’enseignantes et enseignants des réseaux collégial et universitaire pour le rôle significatif qu’ils ont joué auprès des étudiants-athlètes, dont Josée Hamel, enseignante au Département de mathématiques du Cégep de Drummondville.

Une centaine de candidatures ont été transmises à l’Alliance par les étudiantes et les étudiants-athlètes qui bénéficient de ce programme. L’appréciation de Josée Hamel est venue particulièrement de Thomas Pelletier (hockey – Sciences de la nature) et Mélanie Gagné (natation – Sciences de la nature).

«Josée Hamel aura été une enseignante vraiment formidable. Elle suivait mon parcours d’athlète et m’encourageait beaucoup. Elle prenait le temps avec moi de revoir les sections que j’avais manquées tout en me demandait des détails sur mes compétitions. Même si ce n’est plus mon enseignante aujourd’hui, elle suit encore mes exploits et me félicite lorsqu’elle me croise dans les corridors», a-t-elle partagé.

Soulignons que deux autres enseignants du Cégep de Drummondville ont été considérés dans le cadre de «Tag ton prof» de l’Alliance sport-études, à savoir Alain Doyon (Département des sciences humaines) et Étienne Beaulieu (Département de littérature et communication).

«J’en profite pour souligner l’excellent travail et remercier l’ensemble de nos enseignantes et enseignants qui soutiennent les jeunes athlètes de notre collège. Ils font preuve d’ouverture au quotidien et contribuent positivement à leur réussite éducative», a affirmé le directeur des études du collège, Mario Carrier.

«Nous sommes très heureux de souligner le rôle primordial des enseignants dans l’accomplissement de notre mission. Leur compréhension et leur flexibilité sont indispensables à la réussite de l’exigeant, mais si enrichissant double cheminement des étudiants-athlètes», a pour sa part ajouté Sébastien Fyfe, directeur général de l’Alliance sport-études.

Bien comprendre la réalité des étudiants-athlètes

Les étudiantes et étudiants-athlètes membres de l’Alliance sport-études s’entraînent en moyenne une vingtaine d’heures par semaine. Ils participent régulièrement à des camps d’entraînement et à des compétitions, au Québec et à l’international, et ce, tout en poursuivant leur parcours scolaire. L’enseignante Josée Hamel connaît bien cette réalité, ses enfants étant des sportifs eux-mêmes.

«Ce n’est pas toujours facile de concilier le sport et les études. Ces jeunes ont de lourdes obligations. Si on ne les accommode pas, ils ne pourront pas aller au bout de leur potentiel. Je leur donne donc un petit coup de main, qui semble être apprécié», a-t-elle indiqué.

Mme Hamel a à coeur la réussite de tous ses étudiants et étudiantes à besoins particuliers. Évidemment, cette préoccupation l’amène à devoir faire une certaine «gymnastique», comme de préparer des examens additionnels ou encore de prévoir des plages de surveillance d’examens supplémentaires, mais elle considère que ça en vaut la peine.

«Quand les étudiants sont sérieux, rigoureux, j’essaie de les accommoder dans la mesure du possible», a souligné l’enseignante depuis 21 ans au Département de mathématiques du Cégep de Drummondville, très engagée dans son milieu.

Celle-ci s’est dite «surprise» et «émue» par cette reconnaissance de l’Alliance sport-études, d’autant plus qu’elle ignorait que le programme «Tag ton prof» existait. Surtout, elle n’en revient pas que ses étudiants aient pris la peine de reconnaître la qualité de son travail.