Logo cégep

16 février 2021

Un an après la COVID-19 : le rôle du CCEG, plus essentiel que jamais auprès des aînés

Seul Centre collégial d’expertise en gérontologie au Canada

Le Centre collégial d’expertise en gérontologie (CCEG) du Cégep de Drummondville trace un bilan positif de tous les projets de recherche qui lui ont été octroyés dans la dernière année. Ceux-ci ont pour but d’améliorer le bien-être, les soins et les services rendus à l’ensemble des personnes aînées du Québec, et d’ailleurs. Grâce à ses différents projets de recherche, le CCEG contribue au mieux-être et au mieux-vivre des personnes aînées, lesquelles ont tant contribué à notre société et pour qui les conséquences de la pandémie ont été nombreuses.

Bilan 2020

  • Le jeu sérieux La P’tite vie en résidence (août 2020)
    Ce jeu sensibilise les résidents, les employés et les dirigeants des résidences privées pour ainés (RPA) à l’intimidation à ses conséquences et aux moyens de la prévenir et de la contrer. Il est le fruit d’une recherche-action menée par le CCEG, les Résidences Pelletier et le Collège La Cité.  Ce projet a également reçu une subvention de 240 000$ du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.
  • e-learning (octobre 2020)
    Pour pallier l’annulation des activités de formation en présentiel auprès des aînés en raison de la pandémie, le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada a octroyé une subvention de 25 000 $ au CCEG afin qu’il développe, en partenariat avec l’entreprise Le-Cours, un canevas de formation e-learning pour favoriser l’apprentissage des aînés dans un environnement numérique.
  • Intimidation RPA communauté LGBT+ (octobre 2020)
    Grâce à l’obtention d’une subvention du Fonds de recherche du Québec, société et culture de près de 175 000 $ sur une période de 2 ans, d’un fonds subventionnaire d’une action concertée, un projet de recherche-action misant sur l’élaboration d’un jeu sérieux pour prévenir et contrer la maltraitance envers les personnes aînées lesbiennes, gaies, bisexuelles et transsexuelles sera élaboré. De ce fait, les personnes qui évoluent dans les RPA seront davantage sensibilisées à la réalité de ces personnes par le transfert et la mobilisation des connaissances. L’objectif est ainsi de rendre les RPA plus sécuritaires, inclusives et saines.
  • Adaptadanse (novembre 2020)
    Le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada a octroyé une subvention de 25 000 $ pour la réalisation de cette recherche-action qui vise à développer une formation de danse adaptée aux besoins et aux capacités des aînés vivant en résidence (ex. : position assise, mouvements simples, etc.). Les connaissances et outils développés dans le cadre de cette formation seront diffusés auprès des RPA québécoises et canadiennes.

Projets à venir

En tant que leader, partenaire et ambassadeur en gérontologie, le CCEG a de nombreux projets pour les mois à venir. Ceux-ci visent à continuer de protéger et d’accompagner les personnes aînées, dans cette période charnière qui a mis en lumière les besoins des personnes.

  • Reconstruction de l’infrastructure de recherche du CCEG
    La reconstruction, l’adaptation et l’agrandissement de l’infrastructure de recherche du CCEG s’amorcent. À la suite d’un incendie ayant détruit une partie du CCEG, nous voyons cette reconstruction comme un renouveau pour l’expertise en gérontologie.
  • Poursuite des travaux avec les étudiants en soins infirmiers
    L’interdisciplinarité est au cœur du CCEG, c’est pourquoi, en collaboration avec le Cégep de Drummondville, nous sommes à bâtir une formation orientée vers la gérontologie à même le cursus de soins infirmiers.
  • Développement du concept de gérontopôle avec nos partenaires
    Grâce à des partenariats internationaux et régionaux, nous travaillons à devenir le premier gérontopôle au Québec, c’est-à-dire devenir un centre-ressource pour répondre aux acteurs du secteur de la gérontologie (institutionnels, chercheurs, entreprises, patients, familles, etc.).

Le CCEG, allié essentiel auprès des instances décisionnelles

À l’aube de la réouverture de la Loi visant à lutter contre la maltraitance envers les aînés afin d’en élargir la portée, le CCEG souhaite rappeler toute l’importance et la pertinence de développer et d’innover ensemble pour vivre et vieillir en harmonie. Le CCEG développe, en partenariat, des projets contribuant à rendre la société plus inclusive. Il se préoccupe des multiples dimensions du vieillissement de la population, en reconnaissant sa pluralité.

Son approche innovante est reconnue par bon nombre de ses partenaires et le CCEG contribue ainsi à développer l’expertise de recherche appliquée en gérontologie au niveau régional, provincial et fédéral. Son engagement permet en outre de faire avancer la compréhension des enjeux des personnes ainées, de les démystifier et de les vulgariser.

Citations

« C’est un réel privilège d’avoir le CCEG intégré au Cégep de Drummondville. Ainsi, nous créons un maillage et pouvons unir les forces et compétences des différents acteurs autour d’un même objectif : offrir un milieu de vie respectueux, digne et stimulant pour les personnes aînées. » – Brigitte Bourdages, directrice générale, Cégep de Drummondville

 

« Nos projets de recherche et nos formations touchent à différents aspects de la santé globale des personnes aînées : physique, psychologique, sociale, affective. L’interdisciplinarité et la dimension intergénérationnelle de ces projets sont à la base de la réflexion collective de la condition des personnes aînées. L’année 2020 nous a confirmé que le CCEG a un apport essentiel pour ces personnes. » – Nathalie Mercier, Directrice du Centre collégial d’expertise en gérontologie

 

« Pour préparer aujourd’hui ceux qui s’occuperont de nous demain, au soir de notre vie, dessinons ensemble ce futur en apprenant aux professionnels en devenir à travailler par, pour, et avec les aînés. » – Matey Mandza, chercheur au CCEG | CCTT