Logo cégep
object(stdClass)#14431 (4) { ["slug"]=> string(5) "cegep" ["name"]=> string(6) "Cégep" ["home_url"]=> string(28) "https://www.cegepdrummond.ca" ["parent_id"]=> int(3605) }

3605

Dans leur article intitulé Prendre des vacances à la retraite et s’en déprendre au fil de l’âge, Caradec et Vannienwenhove (2007) cherchent à établir de quelle manière se transforment les trajectoires de vacances, notamment lors du départ des enfants et au grand âge.

 

À la retraite, une ambivalence peut être ressentie par rapport aux vacances. D’un côté, elles peuvent devenir une opportunité de voyager, car parmi les retraités, nombre d’entre eux n’ont pas eu cette chance, et ce, pour différentes raisons. Lorsqu’ils étaient plus jeunes, les possibilités de voyager n’étaient pas les mêmes qu’aujourd’hui. Aussi, entrés tôt dans la vie professionnelle, ils ont pu être absorbés par leur carrière et leur vie familiale. C’est donc souvent tardivement que ces personnes ont commencé à voyager à l’étranger, parfois même après la cessation de leur activité professionnelle. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux prennent l’avion pour la première fois après leur retraite. D’un autre côté, il arrive que les voyages entrepris à l’âge de la retraire soient marqués, d’une certaine façon, par un sceau plus tragique, soit celui de la prise de conscience du temps qui passe, des amis ou des compagnons de voyage qui meurent, ou bien de l’approche du moment redouté où il deviendra impossible de voyager.

 

Des différences entre les générations de retraités semblent également se dessiner. Par exemple, il arrive de plus en plus régulièrement que les retraités d’aujourd’hui aient déjà voyagé par le passé, et qu’ils soient moins adeptes de voyages organisés (Pochet et Schéou, 2003).

 

De plus, une demande semble émerger chez les retraités, soit le désir de voyager malgré l’évolution d’une perte d’autonomie fonctionnelle, dans le respect de leurs goûts ou préférences, de leurs capacités et de leur rythme, sans compromettre leur sécurité. Les voyages organisés peuvent alors représenter une avenue intéressante pour ces personnes, à condition d’être adaptés à leurs besoins.

 

À la lumière de cette lecture, nous vous conseillons trois choses. D’abord, en fonction de vos moyens financiers, faites votre « bucket list » des endroits que vous aimeriez visiter, puis établissez vos priorités — gardez en tête qu’il existe de magnifiques endroits à visiter au Québec. Ensuite, tentez de profiter pleinement de vos vacances, de vos voyages, de vos proches ou de vos amis avec lesquels vous partagez du bon temps. Prenez conscience du bonheur que vous vivez. Enfin, ouvrez vos esprits quant aux différentes façons de voyager, telles que les voyages intergénérationnels, et prenez connaissance des services existants — des services touristiques ou des ressources qui pourraient vous permettre de prolonger vos vacances ou vos voyages le plus longtemps possible!

 

 

Références :

Caradec, V. et Vannienwenhove, T. (2007). Prendre des vacances à la retraite et s’en déprendre au fil de l’âge, Socio-logos, no. 2. En ligne : https://journals.openedition.org/socio-logos/148#tocto1n6, 25 juin 2019.

Pochet P. et Scheou B. (2003). L’influence du vieillissement sur les pratiques touristiques en France. Espace Populations Sociétés, n°2, p.303-315.