Logo cégep

Présentation générale

Le Cégep de Drummondville offre de la formation initiale à près de 2450 étudiants inscrits dans sept programmes préuniversitaires et douze programmes techniques menant à l’obtention d’un diplôme d’études collégiales (DEC). Le collège a développé trois pôles d’excellence qui le distinguent dans le réseau, soit Industrie et commerce, Santé et enjeux sociaux, ainsi qu’Arts, tout en faisant de la réussite et de l’accessibilité les deux valeurs fondamentales de sa mission éducative.

La Formation continue offre, par ailleurs, une quinzaine d’attestations d’études collégiales (AEC) visant la réinsertion professionnelle et le développement de compétences à plus de 400 étudiantes et étudiants adultes, sans compter les quelque 1000 personnes participant chaque année à des ateliers de perfectionnement ouverts à la population, à la Reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) ainsi qu’à des formations en entreprises.

Véritable milieu de vie, le collège se veut à l’image de sa communauté : dynamique et résolument tourné vers l’avenir.

Le Cégep de Drummondville place l’étudiante et l’étudiant au cœur de ses actions

La qualité de la formation comprend le développement des compétences associées à un programme d’études ou à un projet personnel, certes, mais également une dimension de développement intégral et harmonieux de la personne.

Le Projet éducatif du collège a retenu deux valeurs fondamentales : accessibilité et réussite. Ces valeurs représentent un défi pour tout le personnel, un défi qui le force à « bien viser » pour faire de son milieu un milieu stimulant, enrichissant, sans cesse en renouvellement. Un milieu où tous les acteurs et les actrices s’efforcent de réunir leurs savoirs et leurs expertises pour favoriser la persévérance, la réussite et la diplomation des étudiantes et des étudiants.

Historique

Le 15 avril 1968, les corporations de l’Externat Classique Saint-Raphaël et du Collège Marie-de-la-Présentation ont décidé d’un commun accord de former un consortium pour l’année scolaire 1968-1969, c’est-à-dire de regrouper les deux établissements, tant au point de vue administratif que pédagogique, pour offrir l’enseignement aux étudiants de Philosophie I et II, ainsi que l’enseignement de Collège I à tous les étudiants, garçons et filles, ayant réussi le Secondaire V (ou l’équivalent) qui seront aptes à entreprendre ces études.

À l’époque, d’autres établissements de Drummondville offrent déjà de l’enseignement au niveau collégial : l’École des infirmières, l’Institut familial Sainte-Marie et l’École de métiers. Ceux-ci seront invités à se joindre au consortium.

En 1968, le Collège de Drummondville fut le premier établissement à offrir l’enseignement collégial à Drummondville, un an après la création des cégeps. Cette année-là, environ 500 étudiants et étudiantes le fréquentent.

Comme le Collège de Drummondville n’avait pas le statut officiel de cégep, il est invité à s’affilier au Cégep de Saint-Hyacinthe, dès 1970. En 1972, le regroupement des établissements d’enseignement collégial de Drummondville, de Saint-Hyacinthe et de Sorel forme le Collège régional Bourgchemin.

L’expérience de la régionalisation prend fin en 1980

Le gouvernement du Québec octroie alors une charte de cégep autonome au Collège d’enseignement général et professionnel (CEGEP) de Drummondville. Le 13 mai 1980, le conseil d’administration du collège nomme son premier directeur général, M. Yvon Morin. Le nouveau Cégep de Drummondville ouvre ses portes au début de l’année scolaire 1980-1981. À la rentrée, le collège compte 1171 étudiants et étudiantes à l’enseignement ordinaire et près de 475 autres à l’éducation des adultes.

Depuis 1968, l’enseignement collégial est offert à Drummondville dans des locaux temporaires. En 1980, le conseil d’administration entreprend un projet de construction pour regrouper toutes les activités sous un même toit. En décembre 1982, le Cégep emménage dans ses nouveaux locaux, situés au 960, rue Saint-Georges. Comme la croissance des effectifs étudiants se poursuit, un agrandissement devient vite nécessaire. En janvier 1986, le Cégep prend possession de la phase II de son édifice.

Au début des années 1990, la croissance continue de l’effectif scolaire justifie la réalisation d’un troisième agrandissement afin de pouvoir accueillir 1800 étudiants. Cet agrandissement a été complété en 1994.

C’est au cours de l’année scolaire 1999-2000 que le conseil d’administration du Cégep de Drummondville a décerné le 10 000e diplôme d’études collégiales de son histoire. Afin de soutenir sa croissance et l’épauler dans ses nombreux projets de développement, le collège a mis sur pied, en 2007, la Fondation du Cégep de Drummondville, dont la première campagne majeure de financement a été couronnée de succès (plus de 2 millions $ amassés grâce à la générosité du milieu).

L’année suivante, la phase 1 du Gîte du campus, des résidences étudiantes modernes et sécuritaires, a été inaugurée grâce à l’engagement d’un promoteur immobilier crédible et professionnel. La phase 2 de ce projet a, pour sa part, été inaugurée à l’automne 2014.

En 2013-2014, plusieurs projets majeurs d’infrastructures ont été mis de l’avant, à l’exemple de la phase 2 des travaux de modernisation de la salle de spectacle Georges-Dor (2,2 millions $) et les travaux de construction du gymnase Desjardins, le deuxième du collège (2,4 millions $).

Les efforts de diversification de la carte des programmes du Cégep de Drummondville ont porté fruit avec le démarrage des premières cohortes en Technologies sonores et en Techniques d’intervention en délinquance à l’automne 2015. Le collège entend d’ailleurs obtenir de nouveaux programmes d’études au cours des prochaines années afin de s’arrimer encore davantage aux aspirations professionnelles des jeunes de la région et aux besoins de main-d’œuvre.