Logo cégep
object(stdClass)#14432 (4) { ["slug"]=> string(5) "cegep" ["name"]=> string(6) "Cégep" ["home_url"]=> string(28) "https://www.cegepdrummond.ca" ["parent_id"]=> int(3605) }

3605

Les décorations de Noël ont commencé à faire partie de notre décor. Ainsi que les chansons de circonstances. Déjà la plupart d’entre nous pensent aux festivités qui s’approchent. Tant de souvenirs agréables de Noël refont surface et nourrissent une nostalgie pleine de joie qui pavoisera cette période. Beaucoup de spectacles de Noël affichent déjà « complet ». Pour d’autres, une tristesse mélancolique les emplit à cause des arrière-goûts désagréables ou la solitude traditionnelle qui les accable.

 

On accole trop souvent la nostalgie à la tristesse, je lui fais plutôt flirter le mot souvenir. Car la tristesse se marie davantage au mot mélancolie. La nostalgie c’est le mal du pays de l’enfance et de la jeunesse dont on sent de plus en plus l’exil. Ce sont surtout des souvenirs joyeux. C’est la tarte à la ferlouche de grand-maman. Quel grand moment nostalgique ! Le jour d’un grand mariage réussi. Un pays visité en amoureux. Les mauvais coups d’une bande de gamins dont on faisait partie. Le parfum voluptueux que sa bien-aimée préfère depuis toujours. Une partie de pêche foisonnante avec son père. Un amour passionnel. Quel merveilleux véhicule que la mémoire !

 

Voilà ce que c’est la nostalgie, une panoplie de souvenirs qui nous trotte dans la tête avec un plaisir renouvelé et surtout réconfortant. Il y a de ces instants qui marquent notre vie à tout jamais. Souvent, un souvenir accompagné d’une émotion.

 

Qui ne se souvient pas de ce premier « slow », dansé joue contre joue, en écoutant les « Platters » avec la célèbre chanson « Only You » (1957).

 

Quand j’entends un petit avion voler dans le ciel, mes yeux le cherchent pour le voir. Maints souvenirs surgissent pour me rappeler cette période de ma vie où j’ai appris à piloter un petit avion. Encore, la nostalgie !

 

Des paysages sous-marins multicolores présentés à la télé ou dans les magazines font naître en moi la souvenance de coraux et de poissons aux mille couleurs que j’ai côtoyés lors de célèbres plongées sous-marines. Nostalgie !

 

Quand le cinéma situe l’histoire dans des pays exotiques et éloignés, mes périodes de globetrotteurs refont surface. Mon épouse, Diane, a tant à raconter de ses escapades, sac au dos, avec sa copine Rolande. Nostalgie.

 

Quand un voilier strie l’écran de la télé pour représenter le rêve, tous les deux, revivons tant de moments emballants durant les huit ans à bord de notre voilier. Un rêve et une aventure exceptionnels. Que de souvenirs nostalgiques.

 

Pendant 14 ans, j’ai été l’éditeur, le fondateur et le propriétaire de deux hebdomadaires. Je repense à tous ces employés fidèles que j’ai tant aimés. Comme je suis fier de cette période où une poignée de main tenait lieu de contrat et de mes implications communautaires et sociales. Une période charnière. Nostalgie.

 

La vie familiale et la carrière sont parsemées d’intenses événements heureux dont la souvenance remplit nos têtes et nos cœurs nourrissant encore une fois la nostalgie.

 

Ah ! Nostalgie, quand tu t’insères dans nos veines, la joie se manifeste.

 

Pourquoi tant de compilations de chansons passées connaissent-elles un tel succès ? Et ces spectacles comme « La tournée des idoles » rassemblent tant de monde. Question de nostalgie !

 

Les grandes et belles chansons ne vieillissent pas, ne se démodent pas et ne meurent pas. Elles demeurent belles. Elles deviennent des classiques. Pourquoi la musique classique demeure-t-elle toujours vivante ? Les chefs-d’œuvre survivent des siècles. Comme les grands peintres.

 

La nostalgie est devenue une industrie surtout à la période des fêtes.

 

Ce portrait est si loin d’être complet. Pour traiter ce qui précède de vieux jeu, de quétaine, il faut être jeune et sans un passé. On dit qu’à partir de trente ans seulement, la nostalgie entre en scène avec les souvenirs.

 

Ignorer tous ces souvenirs, c’est effacer un grand pan de sa vie.

 

 

C’est pourquoi plus on avance en âge, plus les années s’additionnent et plus les souvenirs augmentent. La nostalgie, c’est, entre autres, un grand privilège pour les vieux. À 78 ans, je nage dans une mer calme de souvenirs nostalgiques. ! Il ne faut pas se surprendre que les vieux aiment tant raconter des souvenirs.

 

Curieusement, la nostalgie exhale des souvenirs heureux. La mélancolie se complait surtout dans les souvenirs malheureux ou sans joie provoquant la tristesse. Heureusement, le temps souvent dédramatise certains événements.

 

Joyeux Noël!

Claude Bérubé
Je vous invite à lire mon blogue « Les insolences d’un p’tit vieux » à l’adresse web suivante : www.leptitvieux.com